Bébé couche libéré !

L’hygiène naturelle infantile au quotidien

6 septembre, 2010

HNI en pointillés

Classé dans : Non classé,Temoignages — hygienenaturelle @ 13:54

La première fois que j’ai entendu parler de l’hygiène naturelle, mon fils aîné avait environ 8 mois. Je me souviens avoir été très impressionnée par cette pratique, tout en étant sceptique quant à la manière dont j’aurais pu l’appliquer.
J’ai commandé un livre sur le sujet et, à la lecture des signaux qui indiquent que l’enfant a besoin d’éliminer, j’ai complètement abandonné l’idée de pratiquer avec mon fils puisque je n’avais jamais repéré aucun des signaux indiqués et qu’il avait passé l’âge fatidique des six mois.
Puis, je suis tombée enceinte pour la seconde fois, et j’étais décidée à pratiquer dès la naissance. Je trouve cette pratique vraiment respectueuse de l’enfant. Pendant ma grossesse, Grandir autrement a publié le Guide des couches lavables qui traite notamment de la question, j’ai donc eu le temps de me faire une idée. Lorsque ma fille est née, elle a tout de suite signalé ses besoins d’élimination et, surtout, sa peau réagissait très vivement au contact des couches jetables, de tout ce qui n’était pas du coton bio, et surtout au contact de ses excréments.
Donc, quasiment dès le retour de la maternité, j’ai commencé à changer la couche dès qu’elle était mouillée, puis j’ai remarqué que ma fille urinait après le bain. Et voilà, le premier pipi était repéré et l’aventure commençait !
La première année, ma fille a vécu contre moi, la journée se passait juste avec une couche sans protection. Je me souviens d’un seul accident en écharpe, parce que je n’avais pas prêté attention aux signaux, pourtant très explicites, de mon bébé. La nuit, je lui proposais la bassine à chaque tétée, je mettais au début une simple couche, puis plus rien. J’ai investi dans des alèses en coton, avec un intérieur en PUL, très efficaces. En cas de pipi, je changeais l’alèse et le bas de pyjama. Et surtout, elle a cessé de se réveiller vers les quatre heures du matin lorsque j’ai compris qu’elle devait éliminer des selles à ce moment-là. J’ai acheté un seau et une bassine, et je vidais la bassine au fur et à mesure des pipis. Rapidement, vers ses trois mois je pense, il n’y a presque plus eu de pipis loupés la nuit (il y a bien eu quelques périodes où je remettais une couche la nuit).
Lorsque ma fille a commencé à se déplacer, les accidents étaient beaucoup plus nombreux. Donc en fonction de ma motivation et de mon degré de fatigue, j’alternais entre des couches Te1 que l’on pouvait facilement baisser (c’est ce système que j’ai retenu pour l’extérieur), des culottes d’apprentissage, une simple couche, ou un lange + une culotte. Mais la plupart du temps, elle était simplement en pantalon souple, et elle me signalait quand elle était mouillée.
J’utilisais ses signaux mais aussi beaucoup l’intuition.
Avec le recul, je pense que j’aurais pu n’avoir besoin que de couches TE1 pour les sorties et de langes + culottes pour l’intérieur, les jours de relâche.
Ma fille est complètement continente depuis ses vingt mois : un jour, elle a refusé de mettre une couche alors que je faisais un trajet de 10h en voiture, seule avec mes enfants. J’ai pensé que si nous avions pu gérer cela, il n’y avait aucune raison pour qu’on n’y arrive pas à la maison. Depuis elle n’a pas re-porté de couches. La nuit, elle se retient mais quand je sens qu’elle a vraiment beaucoup bu (elle est toujours allaitée à la demande), je lui propose la bassine lors d’un réveil pour ne pas qu’elle soit gênée.

Il y a eu des moments difficiles, lorsque j’étais fatiguée, des moments où je la laissais en couche mais, très vite, les érythèmes revenaient, à en faire hurler ma fille. Donc j’étais motivée pour continuer, parce que lorsque je pratiquais assidûment, elle n’avait plus les fesses rouges, on voyait que la peau cicatrisait. Et puis, quelle excitation et quelle fierté de comprendre à ce point son bébé ! Cette expérience nous a vraiment soudées.

Giliane L.

7 réponses à “HNI en pointillés”

  1. Jennifer dit :

    PFF… Ton article m’a beaucoup touchée! J’avoue avoir entendu parler de cette méthode de communication mais pas très clairement, donc je ne m’étais pas préparée à recevoir les signaux… Peut-être n’est il pas trop tard avec mon petit de presque 7 mois, je ne sais pas… Mais une chose est sure, le papa me prendrait pour une extrêmiste du « bio naturel », déjà qu’il a eu du mal a accepté les couches lavables ou bio et l’utilisation de farine complète et bio chez nous… Il a aussi un peu de mal avec le maternage et éduquer ses enfants autrement… IL est vrai qu’il est plus simple de crier un bon coup pour obtenir gain de cause tout de suite que de discuter avec son enfant en essayant de règler le problème calmement et de manière compréhensive… Quand je lis tout ce que les autres font pour leurs enfants, je me dis que je suis loin de communiquer comme il faut avec les miens! Et pourtant qu’est ce que j’aimerais. De toute façon, je vais tenter de faire ce que je peux pour améliorer les choses, on verra si le papa suit… Ce qui serait une grande victoire!! ^^

  2. Il est rarement trop tard, et quand bien même la communication prend « mal », je pense que ça reste un atout pour l’enfant…

    Pour le papa, parfois la façon d’amener le sujet permet de mieux faire passer la pratique…

    Sinon, ne te culpabilise pas en regardant ce que les autres font et dis toi que tu fais déjà beaucoup. Ensuite seulement, vois les choses que toi tu aimerais vraiment faire…

  3. Pauline Rocher dit :

    Bonjour,
    Je suis très intéressée par votre témoignage. En effet, je m’occupe d’un documentaire pour Arte sur la couche culotte et je cherche des témoignages de personnes qui pratiquent ce qu’en anglais les gens appellent : Infant potty training. Comment pourrais-je vous parler? Cordialement. Pauline Rocher

  4. Cindy dit :

    Bonjour depuis hier je me suis trés intèressé par cette méthode.

    Ma fille supportant mal le change elle le refuse et fini toujours avec des pleurs.
    J’ai donc décider de la laisser vivre en culotte!
    Elle a 11mois donc je propose le pot et surveille mais javoue que je n’arrive pas a capter ces signaux.
    Mais elle comprend kel a fait pipi car du moment quel fait elle pleure car elle est mouillé.

    Aurez vous des conseil pour m’aidez a comprendre ces signaux

  5. Ce n’est pas facile de conseiller sans connaître votre enfant car ils sont tous différents et, à cet âge là, peuvent tout d’abord ne plus signaler…
    Je vous conseillerai de l’inviter à partager un code à ce sujet, soit en signant (langue des signes, par exemple toucher son ventre), soit en faisant un petit « psst »…

  6. sarah dit :

    bonjour, votre teimoignage est trés interressant mais j aimerais ke vous developpez quelques termes tels que: PUL, Te1. si vous pouvez me repondre le plus vite possible svp merciiii

  7. Ce n’est pas mon témoignage, mais je peux répondre :
    TE1 : couche lavable tout en un, comme une couche jetable…
    PUL : polyuréthane laminé, c’est une matière imperméable mais respirante dont on se sert pour les couches et culottes de protection lavables.

Laisser un commentaire

 

adelinestephane |
Ensemble, sur le chemin du ... |
lesmathuanewyork |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 4grar
| relais de Dole
| carlafaria