Bébé couche libéré !

L’hygiène naturelle infantile au quotidien

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2009

27 juillet, 2009

Pipi sur le pot… en short

Classé dans : Non classé — hygienenaturelle @ 18:29

Ah, l’autonomie… Cet après-midi, mon fils m’en a fait une bien bonne. Au réveil de sa sieste, il refuse la proposition du pot. Un quart d’heure après, je vais aux toilettes et il me rejoint en me montrant le pot. J’essaie de lui baisser son short, il refuse et s’asseoit tout seul sur le pot, en short, fait le son « psst » et fait pipi emoticone  emoticone

25 juillet, 2009

De gros progrès

Classé dans : General,Non classé — hygienenaturelle @ 21:48

Bambin Koala grandit, marche, explore de plus en plus. Ca tombe bien, l’été est propice à tout un tas de découvertes et d’expériences diverses.

dsc02505.jpg
Côté communication autour de l’élimination, comme il marche complètement (c’est-à-dire qu’il est quasiment tout le temps debout), nous n’avons plus aucun complexe à le laisser plus souvent fesses nues (le papa était plutôt réticent/inquiet à ce que son bébé rampe et ramasse toutes les poussières avec son postérieur…) à la maison et ça aide. Sinon, en général, ces temps-ci, il est en short en journée pour sortir, si le temps le permet. Les nuits sont toujours sèches, sauf cas très exceptionnels (dents qui poussent, journée stressante, par exemple).

dsc02513.jpg (La nuit, je préfère lui laisser un lange préplié au cas où, en plus de la « couverture mouton »)

Il est parfois allé sur le pot seul (du moins, le plus souvent, en même temps que son frère allait sur les toilettes, par exemple), mais en général il préfère que je le soutienne sur son petit pot, comme d’habitude. Encore que parfois, il manifeste son désir d’autonomie mais rien ne lui convient parmi mes propositions, alors c’est tant pis !

Il retient de plus en plus ses envies de faire caca et les exprime de plus en plus clairement, si c’est nécessaire.

Une chose que j’ai trouvé rigolote aussi : si je lui propose de faire pipi sur son pot en lui  baissant son short ou pantalon, il réclame que je lui enlève tout, même les chaussures, alors que s’il est en pantalon chinois, je lui laisse son pantalon tel quel en le mettant au-dessus du pot et il ne râle même pas. emoticone

12 juillet, 2009

Les langes prépliés

Classé dans : a faire soi-meme,General,Non classé,Pret a porter — hygienenaturelle @ 21:39

Un lange préplié, aussi appelé prefold, est un rectangle composé de plusieurs épaisseurs de tissus. Il se plie en 3 dans le sens de la longueur et la partie du milieu est généralement plus épaisse.

Il en existe en bio et en non bio. C’est aussi facile à confectionner (attention à ne pas le faire trop épais).
Ils sont très utilisés dans les pays anglo-saxons.

Le plus communément, on le plie ainsi, de manière à ce que la partie arrière soit bien large pour recueillir des selles et la partie de devant/milieu soit plus épaisse pour mieux absorber :

1006209.jpg

Ensuite, on le fait tenir à l’aide d’un snappy ou d’un élastique. Voir le pas à pas ici : http://hygienenaturelle.unblog.fr/des-pas-a-pas/mettre-un-lange-preplie-appele-aussi-prefold-avec-un-elastique/
Personnellement, j’ai beaucoup utilisé les prépliés les 2 premiers mois, le temps d’amorcer la communication (et d’observer), et je m’en sers encore et toujours la nuit (car s’il fait désormais des nuits sèches, ce n’est plus le cas si j’oublie le lange !) : c’est très pratique.

7 juillet, 2009

encore un HNI tardif

Classé dans : Non classé,Temoignages — hygienenaturelle @ 14:41

« J’ai commencé l’HIN quand Emile avait tout juste 7 mois. Il ne se déplaçait pas encore et je pense que ça a aidé. Je crois que si j’avais commencé plus tard au moment où il se déplaçait partout, cela aurait été plus difficile. Il était en couches lavables, je pense que ça a du aider aussi. 

Je connaissais l’HIN depuis avant ma grossesse et avais lu le peu de littérature qui existait en français à l’époque sur le sujet. J’ai donc essayé de repérer les moments où il faisait pipi, sans succès. Souvent je le laissais au sol tout nu le matin pour essayer de repérer un quelconque signe, il se retrouvait baigné dans son pipi quelques minutes plus tard sans que je ne puisse voir aucun signe. Avec le recul, je pense que lui comprenait le message comme suit « voilà, je suis sans couche, je peux faire pipi tranquillement ». Bref, je ne voyais pas du tout comment m’y prendre.

De plus, les premiers mois ont été assez difficiles avec lui, c’était un bébé aux besoins intenses qui pleurait énormément, je n’avais plus beaucoup d’énergie à donner à l’HIN.

 Puis j’ai appris que le livre d’Ingrid Bauer était traduit en français. Je l’ai commandé immédiatement. J’ai lu quelques passages en vitesse dès que je l’ai reçu et ça a suffi pour me donner le déclic. J’avais enfin compris comment m’y prendre. Ce livre m’a aidé à ne plus avoir « peur » du pipi, et à simplement vivre normalement avec mon fils, même s’il était sans couches ou nu, alors qu’avant, je le laissais au sol lorsqu’il était nu et lui remettais une couche dès que je le prenais à nouveau dans mes bras.

 J’ai immédiatement laissé Emile en couche sans culotte de protection. Après un moment, j’ai vu qu’il touchait la région de son zizi, je l’ai emmené au-dessus du lavabo et le pipi est sorti. Et là ce fut la révélation. Le regard et le sourire d’Emile au moment de ce premier pipi attrapé étaient extraordinaires, l’air de dire « ça y est maman, tu as enfin compris, chouette ». Il a ensuite fait une sieste de 2 heures sur mon dos au sec, je l’ai remis au-dessus du lavabo, et de nouveau pipi avec ce regard plein de joie.

Le lendemain, j’ai recommencé au lever, et là il a fait pipi et caca. Le train était lancé ! Depuis ce jour-là, nous n’avons pratiquement plus eu d’accident avec les cacas. Et la constipation dont souffrait Emile depuis qu’il avait 2 semaines a disparu du jour au lendemain. Je pense qu’il ne voulait vraiment pas faire dans sa couche.

 J’ai continué l’HIN de manière mixte, il était toujours nu ou en couche sans culotte à la maison et lui remettais des couches la nuit et quand on sortait. A l’extérieur, je répondais à ses besoins quand je remarquais ses signaux et il n’était pas rare qu’on rentre à la maison la couche sèche. Il nous arrivait d’avoir des journées un peu difficiles à la maison, dans ces cas-là je lui remettais une couche.

Nous avons eu évidemment beaucoup d’accidents, mais cela m’importait peu. Ce qui était chouette c’était de voir comme c’était une vraie découverte pour lui, il était très intéressé par son pipi.

J’étais très impressionnée de voir la conscience qu’il avait de ses besoins d’élimination, malgré le fait qu’il en a été coupé durant les 7 premiers mois de sa vie.

 Quand il a commencé à se déplacer, vers 8-9 mois, il a voulu prendre de l’indépendance dans la gestion de ses besoins et cela n’a pas toujours été facile. Il refusait quand je lui proposais et préférait aller tout seul dans un petit coin isolé de la maison. Il arrivait à ne pas se salir en allant faire ses besoins à 4 pattes, et moi je me disais qu’il avait besoin d’un bac comme pour les chats.

 Cette période est finalement passée assez vite et j’ai commencé à essayer l’HIN la nuit. Les pipis de nuits étaient très faciles à repérer, mais le problème est que j’avais beaucoup de mal à me réveiller moi-même pour les gérer. J’ai finalement laissé tombé, d’autant plus que nous avons déménagé à cette époque.

 Le déménagement s’est déroulé dans des conditions très difficiles, voire traumatiques, et il y a eu un grand retour en arrière à ce moment-là. Emile a refusé complètement l’HIN durant un mois et demi, et nous avons pu y revenir petit à petit à l’aide de beaucoup de patience.

 Quand il a eu 13 mois, il a commencé à exprimer parfois de lui-même qu’il devait faire pipi. De mon côté, je repérais de mieux en mieux les signaux et proposais souvent, nous avons donc petit à petit pu nous passer de couches complètement. Vers ses 18 mois, il a refusé net les couches la nuit. Je lui ai donc mis une culotte d’entraînement que j’enlevais dès qu’elle était mouillée, et quelques jours pus tard il ne faisait plus pipi la nuit.

 A 2 ans et 2 mois, il a commencé à refuser complètement toutes mes propositions et est devenu « propre » comme on dit, c’est à dire qu’il était indépendant de moi pour dire s’il devait faire pipi ou caca. Mais il lui a fallu une période d’adaptation où il a beaucoup testé, en faisant pipi et caca dans son caleçon, tout en refusant que je propose quoi que ce soit.

Voilà, notre expérience avec l’HNI est terminée et nous a apporté beaucoup de choses. Tout d’abord au niveau de la communication et de la compréhension de mon fils. Je me suis rendue compte qu’avant de commencer, il y a avait tout un pan énorme de signaux que je ne comprenais pas, ou que je ne voyais pas. L’HNI m’a vraiment aidée à ce niveau-là, même pour des signaux qui ne concernaient pas l’élimination. Ce qui était surprenant, c’est que j’arrivais à déceler les pleurs de pipi chez d’autres bébés.

 L’HIN m’a aussi beaucoup aidée à avoir une relation plus saine face aux excréments. Tout est fait dans la société actuelle pour que l’on soit en contact le moins possible avec eux, ce qui a pour résultat qu’on en a peur, qu’on en est dégoûté. Je pense que ne plus avoir de récation de rejet, de peur face aux excréments de son enfant, ne plus sursauter au moindre pipi qui déborde, ne plus être mal à l’aise quand son bébé est nu de peur qu’il fasse pipi est une bonne chose et permet à celui-ci d’avoir un rapport sain à ses déjections.

 Une autre chose que l’HIN m’a apportée, c’est ce sentiment de complète indépendance face aux couches. Le seul élément qui me semblait indispensable était un bon porte-bébé (et mes seins pleins de lait). Tout le reste n’était qu’accessoire, et je me sentais légère et libre de pouvoir partir en vadrouille toute la journée sans plus me préoccuper de couches. Je pouvais être retardée, ou prolonger ma promenade de plusieurs heures, je n’étais pas limitée par un stock de couches limité.

 Une chose qui m’a surprise était la réaction toujours positive des personnes extérieures. Contrairement au portage ou à l’allaitement, je n’ai eu que des remarques positives voire encourageantes, ce qui m’a fort étonnée. Ma grand-mère a elle-même pratiqué une forme d’HIN. Elle n’utilise pas ce mot-là, mais elle m’a toujours dit qu’elle savait bien quand ses bébés devaient faire pipi et qu’elle n’a pas eu besoin de couches très longtemps. Je pense que ce fut le cas de beaucoup de mamans du temps où on poussait à l’entraînement précoce à la propreté, beaucoup de mères étaient choquées par les conseils rigides des experts et écoutaient simplement leur instinct, et je crois que c’est simplement pour cela que j’ai eu autant de retours positifs. Alors qu’à présent on met très fort en garde contre l’apprentissage précoce de la propreté, ces personnes sont rassurées de voir que finalement ce qu’elles ont fait, ou ce qu’elles ont vécu étant bébé, n’est pas si maltraitant que cela, à partir du moment où on le fait dans le respect et l’écoute de son enfant. »

 

Maya D.

6 juillet, 2009

Les réunions HNI de Materner sans couches

Classé dans : General,Non classé — hygienenaturelle @ 14:10

- Grenoble

Contact : Aurélie Touzé

asso@hygienenaturelleinfantile.com

09 52 75 40 41
1 fois par mois, à Grenoble.

- Annecy

Contact : Murielle Favre

mufavre@hotmail.com

04 50 19 03 06 ou 06 11 70 32 23

Réunion HNI tous les 2 mois (peut-être plus si demande), à Sevrier et ailleurs sur demande, pour un groupe de plusieurs personnes.

 

- Langres (entre Dijon en Chaumont)

Contact : Muriel Boisselier


06 61 48 46 52

Fréquence à définir.

- Vers Montpellier :

Contact : Isabelle CAZALET, le crès (34 920)

alisabel.danslaprairie@yahoo.fr

Fréquence à définir.


Si vous souhaitez organiser des réunions proches de chez vous ou à votre domicile, contactez-nous !

 

Les réunions HNI d’autres associations ou boutiques :

- Association PapotiPapota  : les réunions HNI ont lieu à la Maison de la Vie Associative de Béziers. Fréquence : tous les 2 mois (ils deviendront mensuels si la demande augmente). Les dates sur www.papotipapota.com
inscription obligatoire : info@papotipapota.com

- Natbé 10 boulevard Auguste Blanqui, 75013 Paris Tél :  09 50 42 62 82 www.natbe.fr (voir Ateliers). 1 fois par mois                                                                                                                                                                                                              – Idées pour les parents : Au Cocon des Parents 1er étage du marché bio Caron Rue Augustin Fresnel Z.I. Antony 92160 Anton. Le samedi, une fois tous les deux mois environ, de 16h à 18h30. Inscription conseillée auprès de Mélissa : melissa.plavis@gmail.com Dates : http://www.idees-parents.com/Reunion-Hygiene-naturelle

4 juillet, 2009

HNI tardif

Classé dans : Non classé,Temoignages — hygienenaturelle @ 20:40

« J’ai découvert l’hygiène naturelle infantile un peu avant les 1 an de ma fille, au moment où elle a commencé à marcher. C’est son refus des couches qui nous a aidé à tenter l’aventure.

Au début, nous l’avons laissé fesses nues dans la maison pour apprendre à repérer ses signaux.

Nous avons essuyé beaucoup de pipis et de cacas (ce qui est aussi le cas avec le n°2 avec qui nous pratiquons l’HNI depuis ses 1 mois 1/2). Il lui a fallu du temps pour associer le pot avec le fait de faire pipi et caca.

Quand je sentais le pipi imminent, je guettais et il m’est arrivé de me précipiter avec le pot pour récolter les dernières gouttes de pipi. J’essayais de la perturber la moins possible dans ses activités !

Elle a d’abord fait caca dans le pot (peut-être pour le confort de la position). Ensuite, les pipis, si je proposais au bon moment. Elle avait plusieurs motivations : le plaisir d’être les fesses à l’air et l’horreur de se retrouver dans une flaque de pipi (ça glisse énormément sur notre carrelage). Quand je n’étais pas assez disponible pour répondre à ses besoins, j’utilisais les couches lavables sans protection pour pouvoir la changer tout de suite.

Et puis un jour le déclic : c’est elle qui a demandé le pot (elle avait 18 mois). A partir de là j’ai osé enlever les couches, même pour les sorties.

A noter aussi que pendant cette période, notre fille est allée en crèche et chez une assistante maternelle avec des couches.

Ce fut une période très enrichissante, qui nous a permis de tisser des liens très fort et d’établir une meilleure communication avec notre fille.  »
Isaline

Réactions de l’entourage

Classé dans : Temoignages — hygienenaturelle @ 20:28

« J’ai commencé l’HNI, avec ma fille de 2 mois et demi, toute seule, alors que mon homme était en déplacement à l’étranger pendant un mois. J’ai donc appréhendé les réactions de mon entourage.
Pourtant, à son retour, mon homme a été épaté que notre fille sache communiquer sur ce point. Avec peut être une pointe de jalousie, il s’est alors mis rapidement à essayer de faire de même. L’HNI est pour lui une richesse supplémentaire de notre relation à notre fille. En ce qui concerne ma belle-famille à qui je l’ai surtout présenté comme une solution à l’érythème fessier – argument imparable me parait-il !-, au pire ils me laissent faire en considérant que nous sommes seuls juges de nos comportements, au mieux ma petite nièce de 7 ans adore maintenant faire faire pipi à sa poupée qu’elle a ressorti des placards. Quant à la nounou qui garde ma fille à qui je n’ai rien demandé, elle m’a dit, l’air de rien, qu’à son réveil elle lui a fait faire pipi dans le lavabo. Elle semble contente de montrer qu’elle sait s’adapter à ma fille et sa famille. Les autres sont en général amusés d’apprendre que cela est possible. Difficile d’être choqué par un bébé en train de faire pipi, non? Il suffit peut-être de faire comme pour l’allaitement : faire ce que l’on a à faire en montrant bien qu’on se comporte selon la nature. En conclusion, les gens sont en général étonnés et curieux. Les seules réactions négatives que j’ai eu venaient de personnes avec qui j’ai un différend. Leur réaction ne me parait donc pas ciblée sur l’HNI mais sur moi.
Sans inquiétude face aux réactions des autres, on découvre qu’ils réagissent mieux que ce que l’on appréhendait
. »

Hélène, pratiquant l’HNI à temps partiel

 

adelinestephane |
Ensemble, sur le chemin du ... |
lesmathuanewyork |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 4grar
| relais de Dole
| carlafaria