Bébé couche libéré !

L’hygiène naturelle infantile au quotidien

13 avril, 2009

Contre les idées reçues

Classé dans : General,Non classé — hygienenaturelle @ 15:14

Voici quelques notes que j’ai écrites après avoir lu un article assez dépréciatif sur l’HNI paru dans un magazine dont je ne citerai pas le nom.

Amalgame entre l’hygiène naturelle infantile (HNI) et le dressage ayant pour but la « propreté » du bébé
En matière d’HNI, il convient de faire la distinction entre être continent (c’est-à-dire ce que l’on appelle communément être « propre ») et le fait de savoir communiquer autour de ses besoins d’élimination, éventuellement savoir se retenir un peu si les parents tardent à proposer le pot et le fait de savoir relâcher ses sphincters une fois que l’on est au-dessus du pot ou d’un récipient consacré à cet usage. Cela, un bébé peut le faire, mais il ne s’agit aucunement de « propreté ». D’ailleurs, les parents n’apprennent rien à l’enfant, si ce n’est éventuellement à communiquer plus clairement leur besoin. Au contraire, ce sont les parents qui apprennent à repérer les signaux que leur émet leur bébé. De son côté, l’enfant est davantage en contact avec les signaux que lui envoie son propre corps.

HNI contraignante
Selon certains, cette pratique demanderait une immense disponibilité, requérant d’être à l’affût constant, etc. C’est encore là un préjugé dont est victime l’HNI. En réalité, certes être parent est un réel job, et certes les parents peuvent en effet être à l’affût les premiers temps. Mais au fil du temps, très rapidement, la communication est en place et personne ne se soucie plus de la chose, si ce n’est lorsque l’enfant signale ou aux périodes où l’enfant élimine, comme au réveil ou après les tétées.

En matière d’HNI, ce ne sont donc pas les parents qui dirigent les choses, mais au contraire, ce sont les parents qui répondent aux besoins d’élimination de leur enfant, tout comme ils comblent par ailleurs ses besoins de se nourrir, de dormir, etc.

Cela embête bébé
Je n’arrive pas comprendre que l’on puisse dire qu’un bébé ne puisse pas avoir envie d’être « propre ». Il ne peut peut-être pas vouloir être continent puisque bien sûr c’est hors de ses facultés, mais ne pas vouloir être dans des couches souillées, c’est la cause de bien des pleurs des bébés ! D’ailleurs, bien des parents peuvent témoigner qu’ils sont « venus » à l’HNI parce que leur enfant ne faisait ses besoins qu’une fois la couche ouverte. C’est donc justement pour éviter les pleurs de frustration et y répondre que la plupart des parents pratiquent l’HNI.

D’ailleurs, l’HNI permet au bébé de bénéficier du confort de ne pas demeurer dans une couche souillée (car même si les parents changent souvent leur bébé, ils ne savent pas toujours lorsque celui-ci a fait pipi, d’autant que les pipis d’un bébé portant des couches sont très rapprochés, comme le démontrent plusieurs études récentes), mais aussi de bénéficier d’une réelle liberté de mouvement, d’éviter certaines coliques dues au fait d’avoir des couches légèrement serrées à la taille. Il permet au bébé de ne pas se couper des sensations que lui envoie son corps (le fait d’être mouillé, d’avoir la vessie pleine, etc.). En réalité, le simple bon sens nous permet de comprendre que les couches, même ultra fines et ultra absorbantes, ne sont pas une panacée, preuve en est les crèmes qu’il faut parfois appliquer pour réparer les « dégâts » qu’elles occasionnent.
Pour les parents, c’est la satisfaction de répondre à tous les besoins de leur enfant, quels qu’ils soient, qui enrichit leur confiance en eux et leur sentiment de compétence en tant que parents. C’est le plaisir de développer une communication fine et donc une relation privilégiée.

Ainsi, le but de l’HNI ne réside pas dans la continence précoce, les enfants n’étant de toute façon généralement pas continents avant 18 mois-2 ans (sauf la nuit car, en effet, la continence nocturne survient très tôt chez les « bébés HNI »).
Ce pourquoi bien des parents témoignent d’avoir des « accidents » plus ou moins chaque jour, sans y accorder trop d’importance, puisque le but n’est pas de « recueillir » tous les pipis et selles.

Les experts sont « contre »
Sans doute les experts de la vieille école sont-ils contre cette pratique qu’ils assimilent à un dressage, en se référant à des études menées dans les années 70. Mais de nombreuses études scientifiques récentes viennent apporter un éclairage nouveau, à la lumière d’expériences faites sur des bébés non dressés, justement. J’en dénombre de nombreuses dans le livre que j’ai écrit sur le sujet et qui va paraître en mai…

2 réponses à “Contre les idées reçues”

  1. citronella dit :

    Merci pour cet article qui éclaire bien les choses et explique ce qu’est l’HNI. Vivement la parution de ton livre! Bises.

Laisser un commentaire

 

adelinestephane |
Ensemble, sur le chemin du ... |
lesmathuanewyork |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 4grar
| relais de Dole
| carlafaria